mercredi 30 janvier 2013

Just a familly


J'ai fait un rêve, où un matin, mon fils arrivait dans la cuisine avec un regard un peu pincé, de ceux que l'on prend lorsque même après avoir tourné sept fois sa langue dans sa bouche on ne sait pas formuler ce qu'on a à dire. Il nous l'avait présenté il y a plusieurs mois, j'avais souri car lorsque leurs regards se croisaient, on y lisait l'évidence. Aujourd'hui, ils nous annonçaient leur union et quelques mois plus tard, nous faisions une très jolie fête. Certes, je critiquais la nouvelle belle-mère de mon fils sur son choix de décoration florale mais ce fut une journée de celle qui compte, où le bonheur est partout même dans les jacinthes. Puis mon rêve continuait avec des rires d'enfants, j'étais une grand-mère extra (et drôlement bien conservée), entourée de mon fils et de son mari.


Crédit photo : wikipédia



J'ai longtemps hésité avant de publier ce billet.
Peut-être parce que ce blog n'est pas un blog politique, ni un blog d'actualité.
Peut-être aussi par peur, celle de manquer de légitimité, celle des commentaires blessants. Mais chaque jour sur Twitter, dans les médias, ce sujet m'interpelle, me fait réagir. Ici, c'est chez moi, ma tribune. Alors certes cet avis est désorganisé, manque d'argumentation mais j'avais envie de l'écrire. Alors à toi, lecteur qui soupire en lisant ces premières lignes, je te propose de passer ton chemin et de revenir demain pour un propos plus classique.

Aujourd'hui, à travers ce billet, je prends mon courage à deux mains, je m'expose aux avis contraires, commentaires désagréables, peut-être quitte à en perdre quelques uns en route mais je tenais à l'affirmer :

je suis pour le mariage et la filiation pour tous

Je suis pour parce que je vis dans un pays où les hommes et les femmes naissent égaux en droit.
Je suis pour parce que la non application de ce principe me laisse très perplexe quand au futur de mes propres droits.

Je suis pour parce que je crois que ma copine C. a le même droit que moi de connaître les nuits blanches, les bisous baveux, les "je t'aime , maman". Fonder une famille m'a offert un bonheur dont j'osais à peine rêver et que le refuser à une catégorie de la population sous prétexte de ses préférences sexuelles, me semble discriminatoire et inhumain.

Je suis pour parce que lorsque j'imagine ne serait-ce qu'un instant que si nous étions dans une situation dans laquelle le Pater Familias n'aurait aucun droit sur nos enfants si je venais à disparaître, je crois que je ne pourrais avoir aucun moment de sérénité. Parce que l'autorité parentale est quelque chose de compliqué et que lorsqu'il est possible de la partager, c'est salutaire.


Je suis pour parce que je reste persuadée que seule une loi sera capable de faire évoluer les mentalités.


Et parce que exprimer ces idées de manière claire et convaincante est un métier, je vous invite à écouter l'exposé d'Elisabeth Badinter sur le sujet.








Conclusion du discours de Christiane Taubira hier à l'assemblée :

Léon-Gontran Damas : "L'acte que nous avons à accomplir est beau comme une rose dont la tour Eiffel assiégée à l'aube voit s'épanouir enfin les pétales." 



Belle journée, les poussettes


PS : pour éviter tout dérapage, contrairement à mes habitudes, je vais modérer les commentaires. Toutes les opinions peuvent être exprimées mais aucun propos haineux, discriminant... ne sera publié.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 29 janvier 2013

Le mardi, c'est Mon Paris enceinte (#4)



Pour les bidons ronds, cette semaine, une adresse gourmande et saine : Tugalik. Un restaurant bio qui propose de la Good Food pour celles qui ont choisi de faire attention à ce qu'elles mangent sans pour autant se priver de gourmandises ! Pour tout savoir sur ce joli lieu, direction : Mon Paris enceinte

Bonne journée


Ps : très bientôt un lieu plein de crème pâtissière, de sucre et de gâteaux très culpabilisant pour compenser !
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 28 janvier 2013

Les ailes de l'enfer !

J'avais déjà parlé de mon expérience en avion avec de jeunes enfants ici. Si mes conseils pour que votre vol se passe le mieux possible sont toujours d'actualité, j'ai le regret de vous annoncer qu'aujourd'hui que de nombreuses choses dans ce billet sont totalement erronées.
Il ne m'est plus possible aujourd'hui d'affirmer que "les aéroports adorent les enfants".

Certes il y a de nombreux espaces de change mais à part ça !



Certes, il y a ces magnifiques vues mais...



Petit résumé de ce que fut l'épreuve d'Orly un samedi matin de décembre :

Au sol :

  • Arrivée au comptoir d'embarquement, première file d'attente. Malgré deux jeunes enfants, aucune file d'attente prioritaire. Honnêtement, ils étaient tous les deux très sages donc nous n'avons pas réclamé et attendu.

  • Point bagage : cette fois j'avais bien lu les papiers, Little Marmot n'avait droit à aucun kilo mais Le Môme 20 comme nous. Il semble que très peu de compagnie accorde au bébé (moins de 2 ans) des kilos de bagages gratuits, méfiez-vous.

  • Embarquement : la poussette jusqu'à l'avion c'est NO WAY et ce quelque soit la taille ou le poids de celle-ci. C'était la première fois qu'on nous tenait ce discours. Les fois précédentes nous avions pu emmener notre poussette canne jusqu'à la porte de l'avion. Interrogée, l'hôtesse (peu aimable) a justifié cette décision en indiquant que les poussettes retardaient l'embarquement. Je ne sais pas vraiment que penser de cette raison. Mme Ma Poussette fut donc laissée dans un coin. J'ai demandé s'il était possible qu'on nous en prête une, on m'a répondu : non.

  • La douane : J'avais pris une écharpe pour pouvoir porter Little Marmot si besoin. Comme nous n'avions plus de poussette nous avons décidé de passer la douane tout de suite pour ensuite se poser et installer bébé dans l'écharpe (tout au fond du sac). Contrairement à notre dernière expérience en avion, lors de cette file d'attente non plus nous n'avons pas eu de coupe file. J'en avais un peu plein les bras et j'ai regretté de ne pas avoir sorti l'écharpe avant. Après 50 minutes d'attente, nous avons passé les contrôles, il a fallu tout sortir aussi bien la nourriture et les boissons des petits (tolérées mais qui doivent être contrôlées). Tous les produits high tech également et notamment l'ordinateur Winnie du Môme... nous y avons passé un long très long moment... tous les sacs étaient à refaire entièrement... plus rien ne fermait, on a failli oublier une ceinture, un jouet...
Après, toutes ces files d'attente, il était déjà l'heure d'embarquer. Nous sommes arrivés à l'aéroport pourtant deux heures et demi avant le départ de l'avion, ce ne fut pas suffisant pour avoir le temps de faire les boutiques en Duty free, juste quelques minutes pour offrir au Môme un croissant promis.
Je passe sur le manque d'amabilité (excepté une douanière à qui je crois nous avons fait pitié) du personnel.


Dans l'avion : Compagnie Transavia 

Comme la dernière fois, nous avons appliqué notre méthode : beaucoup de jouets (dont le jouet inconnu), des gâteaux et bonbons et de la patience. Little Marmot s'est endormi au sein juste avant le décollage et a endormi une longue partie du vol. Le Môme s'est gentiment occupé, a adoré le plateau déjeuner qui ressemblait à de la dînette et a dormi aussi.
Pour l'atterrissage et le décollage, nous avions prévu une sucette pour notre loulou et un biberon d'eau pour le bébé, aucun des deux n'a souffert des oreilles ou du moins, ils ne s'en sont pas plaints. 

Mon avis : avion particulièrement inconfortable, j'ai eu l'impression d'être assise sur une planche de bois. Le plateau repas était certes mignon mais très moyen et c'est très difficile avec le peu d'espace de jongler avec nos trois plateaux et Little Marmot sur les genoux.
Mais surtout j'ai regretté de ne pas avoir acheté une bouteille d'eau après la douane. Elles sont hors de prix mais cela m'aurait évité de devoir mendier de mini verres d'eau. J'ai allaité trois fois durant le voyage et à chaque fois je mourrais de soif, l'air est très sec en avion et ce fut très compliqué à chaque fois d'avoir de l'eau. Les hôtesses étaient vraiment peu sympathiques.



Le retour : 

En Egypte à l'aéroport de Taba, il n'y a pas d'espace de change. Cependant, nous avons eu le droit de passer en priorité pour les bagages et la douane. La poussette a pu nous accompagner jusqu'à la porte de l'avion. Comme à l'aller l'avion n'était pas complet, par un tour de passe passe nous avons eu droit à un siège pour Little Marmot. Dommage à l'intérieur de l'avion, une passagère obèse a réquisitionné cette place et nous n'avons pas eu le coeur de réclamer notre dû, bébé est donc resté sur mes genoux. J'avoue que cela n'est pas vraiment dérangeant excepté lors les repas. 
Il s'agissait de la même compagnie et le personnel de bord était toujours aussi peu aimable et l'avion inconfortable. Seul le champagne offert par le Club Med à bord a donné à ce voyage un côté un peu plus agréable. Durant ce voyage Little Marmot devait boire un biberon, ce fut très compliqué de le réchauffer et occasionna beaucoup de soupirs (attention, il n'y a pas de micro-ondes, il est nécessaire de prévoir un peu de temps).


Alors, évidemment l'avion est un moyen de transport très pratique car très rapide. Pourtant, j'ai l'impression que c'est de plus en plus pénible de se rendre dans un aéroport et que côté confort c'est de pire en pire.
Avez-vous aussi cette impression ? ou aimez-vous vous envoler dans les airs ?










Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 25 janvier 2013

Comme des poissons dans l'eau (Bienvenue au Club 2)


Pour oublier ce froid glacial, direction la mer Rouge et un petit flashback de nos vacances de décembre dernier.

Les petits se sont éclatés mais nous les deux personnes majeures de la famille n'avons pas eu à nous plaindre !


La mer rouge est une destination idéale pour les amateurs de plongée.


Il y a plusieurs année, j'ai passé mon niveau 1 de plongée ainsi à chaque fois que nous allons dans un endroit où il est possible d'aller dire bonjour aux poissons, je m'offre une matinée en mer. En mer rouge, grâce au baby club, j'ai pu me libérer 3 demi journées ce qui m'a permis de bien progresser et de découvrir de merveilleux sites. Les coraux ont de très jolies couleurs qui donnent un peu l'impression d'être dans un reportage télé sur la plongée sous-marine. Inutile de plonger trop profond pour voir une faune et flore très riche. Ainsi même avec un niveau 1, il y a de nombreux sites à découvrir. J'ai été impressionnée par la quantité importante de poissons et de variétés différentes qu'on pouvait observer en très peu temps et d'espace. J'ai croisé Nemo à maintes reprises, des poissons arc en ciel (mais il ne chantaient pas la comptine), des poissons anges... J'ai même eu la chance de voir des murènes, des raies et des tortues. J'ai raté les dauphins malheureusement et le requin baleine qui se baladaient par là.
Par contre, il faut être bien équipé car contrairement aux plongées dans la mer des Caraïbes, j'ai eu plus froid.


Le Pater Familias n'est pas un amateur de plongée bouteille, il a fait un baptême il y a quelque temps mais la sensation que l'on a en respirant sous l'eau avec des bouteilles d'oxygène ne lui a pas plu du tout. Toutefois en mer rouge, il a pu tout de même profiter des fonds marins, en effet, il suffit d'un masque et d'un tuba pour admirer les rascasses, les poissons clown... Le club Med organisait des sorties en bateau tous les jours et ainsi il a pu découvrir de très jolis sites.





Dans le même registre de visites, Le Môme est allé saluer les poissons lors d'une croisière à bord d'un bateau semi sous-marin. Cette excursion fut assez décevante, nous n'avons pas vu de nombreux poissons et Le Môme s'est vite lassé. Il a préféré jouer avec les tabourets qui tournés très vite. Il voulait voir des requins et seul Nemo et le serpent de mer ont trouvé grâce à ses yeux !




Pour l'une des premières fois de ma vie, je n'i fait aucune visite culturelle durant ces vacances. La situation politique de la région interdit les excursions au monastère de Sainte Catherine du Sinaï. Il est possible d'aller visiter Petra (Jordanie) et Jérusalem (Israël) mais les voyages sont très longs dans les deux cas. Il était impossible de les faire sans Little Marmot car je l'allaitais encore et nous n'aimions pas l'idée de laisser Le Môme au petit club toute une journée. Nous avons donc décidé d'oublier Petra pour cette fois et de programmer un voyage en Jordanie très bientôt. Les personnes du club ayant participé à l'excursion ont trouvé ce site sensationnel. Concernant Jérusalem, nous y avons passé 3 jours il y a quelques années et c'est une ville magnifique, mais je pense que n'y rester que quelques heures peut être un peu frustrant.


Si au départ, j'ai pensé que cette absence de musée ou de découvertes culturelles me laisserait un sentiment de manque, ce ne fut absolument pas le cas. La faune et la flore sous-marine sont des trésors très riches à découvrir et dont je me suis régalée.



Quand nous remontions à la surface, nous avons enchaîné les transats sur la plage puis ceux de la piscine, un peu d'aquagym pour moi et de water polo pour le Pater, de châteaux de sable et des batailles d'eau. Enfin il faut vous avouer également une autre activité que nous avons pratiqué avec assiduité : manger ! Nous avons découvert des plats succulents, des buffets merveilleux et que ce soit matin, midi ou soir, nous nous sommes régalés ! Le soir, nous allions en famille danser les crazy signs, (Le Môme est devenu expert) et admirer les spectacles de l'équipe : acrobaties, cirque, soirée burlesque... Tous étaient de très belle qualité? A ne pas rater celui du cirque et le burlesque.
Je me suis également offerte une après-midi de rêve au Spa 5 monde entre détente et bien-être.


Certes, ces vacances ne furent pas très culturelles mais elles nous ont fait un bien fou et ce fut une semaine de repos malgré des nuits toujours hachée grâce à mon célèbvre bébé insomniaque !

Je pense que un séjour tel que celui-ci de temps en temps est excellent pour  la santé et le moral ! Alors pour la prochaine baisse de forme, pensez au Club Med de Sinaï Bay.







Et vous les poussettes, ce genre de vacances à la mer ça vous tente ? La plongée sous-marine vous aimez ça ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 23 janvier 2013

PARENTS, PENSONS LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES ENSEMBLE.

Nous sommes parents.
Nous sommes inquiets.
En maternelle et en élémentaire, le passage à la semaine à 4,5 jours doit être mis en œuvre dès la rentrée 2013, soit dans 9 mois. A ce jour, l’information dont nous disposons est parcellaire et contradictoire. Le projet tel qu’envisagé ne nous semble pas à la hauteur des enjeux.
Nous croyons cette réforme nécessaire et en partageons les objectifs, à savoir mieux apprendre et favoriser la réussite scolaire de tous. Depuis 2008, les écoliers français ont le nombre de jours d’école le plus faible des 34 pays de l’OCDE et de fait des journées plus longues et plus chargées que la plupart des autres élèves dans le monde. Cette situation est préjudiciable et doit être revue.
Cependant, le projet de réforme qui nous est présenté ne nous semble pas répondre à ces objectifs. Le choix de l’organisation sera à la discrétion des municipalités. On risque de se retrouver avec des communes où les enfants auront cours le samedi, d’autres le mercredi, d’autres encore auront une pause de midi allongée, d’autres finiront plus tôt et auront une période d’études/garderie plus longue, etc. Les moyens mis en œuvre dépendront essentiellement du budget des communes. Impossible, dans ces conditions, d’imaginer que cette réforme soit facteur d’égalité entre tous les enfants de France, quel que soit leur lieu de résidence et leur établissement scolaire. Il appartiendra aux municipalités de faire un choix et d’en répondre devant les électeurs en 2014.
Nous espérions qu’à l’occasion de la réforme des rythmes scolaires, la place des arts, de la culture, des langues et du sport, etc. serait au cœur des préoccupations. Or, l’opacité des moyens à mettre en œuvre, l’augmentation du nombre d’enfants par animateur dans le temps périscolaire ainsi que la place choisie par les mairies pour ce temps (notamment à l’heure du déjeuner) vont diluer ces espoirs de diversification et de renforcement de ces enseignements.
Nous espérions également que cette réforme porterait sur l’intégralité du rythme scolaire, y compris le découpage entre vacances et classe et notamment la durée des grandes vacances. Force est de constater qu’il n’en est rien.
Nous sommes déçus et inquiets et rejoignons ainsi bien des enseignants. Nous craignons que l’augmentation du temps périscolaire sans réflexion quant à son contenu ni quant aux moyens de mise en œuvre fasse de ce temps un temps de désœuvrement organisé… Cela irait encore une fois à l’encontre de l’objectif de la réforme.
Afin de préserver le symbole de la demi-journée de cours supplémentaire, Il est essentiel de ne pas sacrifier les apprentissages, de ne pas perdre cette opportunité historique d’accroître l’égalité des chances des enfants face aux activités artistiques et sportives en créant du temps de garderie. Cela n’apporterait rien aux enfants, dévaloriserait un peu plus l’école et la fonction des enseignants et  remettrait en question l’organisation des familles.
Nous devons à nos enfants une réforme ambitieuse.
Citoyens connectés, blogueurs, parents, nous avons reçu de nombreux retours d’autres parents qui partagent nos inquiétudes et ne se sentent pas représentés.
Nous demandons à être entendus.
Prenons le temps de réformer l’école ensemble.
8alamaison , Agathe VANDAME , Aimé Blumentern,
Allo Maman Dodo , Annabelle , Audrey, Madame Koala ,
Aymeric Marlange , Béalapoizon , Bettina Brouard , Buhot Stéphanie , Carole Nipette ,
Caroline , Ces Doux moments ,  Chiawaze , Ciloubidouille , Claire Hoenen , Colombe ,
Cranemou , Cynthia , David Beck , Delphine Gagnon , Doudette ,
Estelle Peralta , Expressions d’enfants , FashionMama , Florence ,
FlorenceMKoenig , Gaëlle Picut , Gauthier Vranken , Ginie Femmesweetfemme ,
Harmony Rouanet , Henry le Barde , Isabelle Duvert , Jane Gueneau aka. Libelul ,
Julesetmoa , Julie B , Julie Dessagne , Julien , Juliette Merris ,
Karine Un bébé pour mes 30 ans La Poule Pondeuse ,LN moitoutetrien ,
Lulu From Montmartre , Lydiane Le Roy , M Delobel , Madame , Madame Parle ,
Madame Zaza of Mars , Madame Ziadeh , Maman nanou , Mamanwhatelse , Marc Guidoni ,
Marie-Gwénaëlle Chuit , Marlène Schiappa , Mauvais Père , Mazzhe , Michaëla Avventuriero ,
Michèle, Maman on bouge , Missblogdel , MissBrownie , Naddie , Nadine A ,
Nicolas Gilbert @zegilbos Pourquoisecompliquerlavie , Sabine ,
Samuel Lamotte d’Incamps , Sandra Elle , Sandrine Donzel ,
Sophie Reynal , Tetedeblog , Till the Cat , Unperfect mum ,
Voilapapa , Yusaku (Père de 3 enfants)

Vous pouvez soutenir ce mouvement et y participer via facebook et twitter, ou visiter aussi le blog Parents Ensemble, où vous pouvez signer la pétition.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 22 janvier 2013

Le Mardi, c'est Mon Paris enceinte (#3)


Cette semaine, le rendez-vous hebdomadaire de Mon Paris enceinte met en valeur une préparation à la naissance particulière : le chant prénatal. Parce que faire un bébé et le mettre au monde, c'est un peu écrire une partition toute personnelle, il est tout naturel d'avoir envie de vivre ces moments uniques en musique.

Bonne lecture et bonne journée les poussettes !

Ps: Mon Paris Enceinte et Ma Poussette à Paris sont aussi sur facebook, n'hésitez pas à les liker !
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 21 janvier 2013

Quelques mots d'absence...

Pour passer une semaine au bord de la mer Rouge sous le soleil Egyptien, Le Môme a séché l'école.
Je ne vois que de bonnes raisons pour faire l'école buissonnière à 3 ans et parce que trop de mauvaises langues et esprits moralisateurs ont tenté de gâcher notre plaisir en incriminant notre décision, je me permets de défendre ce point de vue aujourd'hui.

Je me surprends un peu à écrire ce plaidoyer, car loin de moi l'idée de promouvoir l'absentéisme à l'école. Mais aujourd'hui, je trouve qu'on demande trop aux petits, dès leur plus âge, ils sont évalués, on exige l'excellence et on exerce sur eux une pression très importante.



Quand on a 3 ans, on peut rater l'école pour aller voir des poissons ou pour aller faire de la luge, ce n'est pas quand ils en auront 30 qu'ils le feront !

Parce que les prix sont plus attractifs en ce moment pour aller les initier aux joies de la glisse, parce que découvrir le royaume de Mickey sans faire la queue cela le rend plus merveilleux, je vous conseille de vous laisser tenter.

En décembre, nous n'avons pas hésité.

Si aujourd'hui, je défends pleinement ce choix, c'est parce que je pense que durant ces escapades, les enfants apprennent des choses essentielles pour bien grandir tout comme celles que l'école leur enseigne. Un pays différent, un rythme qui change, une nourriture qui surprend, des visites passionnantes, une autre langue à entendre... autant d'éléments qui permettent aux enfants d'éveiller tous leurs sens et d'avoir une vision du monde plus large.


Par ailleurs, les maîtresses du Môme ont été très compréhensives, nous gratifiant même d'un "vous avez raison, bonnes vacances". Il est vrai qu'elles sont extra, des institutrices qui ont pour but premier que les enfants aiment l'école, avouez que cela commence plutôt bien ! Mais certains d'entre vous, n'auront pas cette chance et peut-être que vous aurez droit à des réflexions pleines de jalousies de la part d'une personne qui ne pourra jamais profiter des tarifs hors scolaires ! Cependant que cela ne gâche pas votre plaisir et ne vous empêche de passer de bonnes vacances.

A la remarque selon laquelle, cela leur donnera de mauvaises habitudes, répondez que les enfants sont très intelligents et qu'ils font parfaitement la différence entre une absence exceptionnelle et la flemme d'aller à l'école certains jours.
A la réflexion qui vous culpabilisera, en laissant entendre qu'ils rateront une leçon essentielle, relativisez et dites-vous que ce n'est pas possible qu'une scolarité toute entière soit gâchée en étant absent une semaine à 3 ans, d'ailleurs personne ne dit cela à la maman qui appelle pour prévenir que son enfant sera absent à cause de la grippe.


Pour nous, ces vacances furent excellentes, toute notre famille y a trouvé sérénité et repos, nous y avons vécu ce qui appartient aujourd'hui à nos souvenirs collectifs, ceux que nous raconterons lors de nos repas familiaux dans quelques années, ceux font de nous une famille !


Et vous alors, vous les faites sécher vos petits de maternelle ou pas ? pour quelles raisons ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 17 janvier 2013

Point poussette (le fouillis du jeudi)

Aujourd'hui, petit point poussette !




Cet automne, nous avons eu une locataire particulière : la Bugaboo Caméléon. Little Marmot n'étant alors qu'un petit nourrisson, je l'ai testé en mode nacelle. 



Petit bilan :

Les Good : 
Cette poussette est très confortable pour le bébé qui peut vraiment dormir, s'y reposer. La nacelle est assez large et le matelas épais. Elle a d'excellents amortisseurs et de très bonnes roues qui évitent à bébé de trop ressentir les vibrations dues à des trottoirs pas toujours très lisses ou aux pavés.
Le panier est grand et ferme complètement, ainsi on ne craint pas de semer ses affaires en passant sur les trottoirs.
Elle s'adapte à de nombreux revêtements : terre un peu boueuse, sable, graviers... c'est très agréable de ne pas s'enliser lorsqu'on quitte le bitume classique.

Cape Anti uv et sac à langer

J'ai eu la chance de pouvoir la tester avec de nombreux accessoires, vous avez tous ces gadgets en option qui vont rêver mais que raisonnablement on dit pouvoir se passer. Parmi tout ceux proposé par la marque, je vous recommande les suivants :
La cape anti UV : très pratique les jours de grand soleil pour éviter d'avoir à se battre avec l'ombrelle à chaque changement de direction. Little Marmot étant tout petit, cela m'a vraiment rassuré et éviter de le tartiner de crème solaire.
La planche : Le Môme a adoré ainsi il pouvait voir son frère et éviter de marcher. D'après lui, c'est comme des patins à roulette et c'est trop chouette !
Le sac à langer : accessoire surtout masculin. Voilà un sac que Le Pater familias a beaucoup apprécié et qu'il a porté sans rechigné. Il parait petit mais j'ai réussi à mettre tout le nécessaire pour deux enfants pour une journée.
Etre au guidon d'une Bugaboo, c'est comme avoir le it bags publié dans le ELLE de la semaine, les mamans se retournent sur ton passage avec un air très envieux. Il faut avouer que c'est assez agréable !


Début de la star attitude : lunettes noirs et air pas aimable...

Les Bad :
Je n'ai pas d'explication rationnelle mais entre cette poussette et moi, il y a eu beaucoup d'incompréhension, d'agacement... à chaque fois, que je voulais enlever la nacelle du châssis, cela me demandait beaucoup d'effort et de patience. Le Pater familias était plus doué mais nous avons tout de même trouvé que le système n'était pas très facile.
De manière générale, je l'ai trouvé un peu basse, il faut se pencher pour atteindre bébé.
Elle prend énormément de place que ce soit dans l'entrée de la maison, dans le coffre de la voiture ou dans la rue. J'ai très vite abandonné l'idée de l'emmener avec nous dans le métro ou le bus à Paris. J'avais trop peur d'un lynchage. Il n'est pas possible de la porter seule et même à deux elle pèse assez lourd.
Je crois que pour moi, le plus gros problème de cette poussette et qu'il faut tout démonter pour la ranger, enlever le panier, défaire l'ombrelle... je suis un peu trop caussarde pour ça.

Il a l'air bien, non ?

J'ai aimé utiliser cette poussette lors de nos week-end à a campagne ou au bord de la mer mais ce n'est pas le genre de poussette qui me semble convenir à une maman parisienne à proprement parlé ou alors seulement si vous avez un grand garage à poussette et que vous n'utilisez jamais les transports en commun. Je ne connais pas la Bugaboo Bee, mais elle me semble plus adaptéf à mon style de vie. Si vous la connaissez, n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en commentaire cela m'intéressera beaucoup de vous lire à ce propos.




Les quelques poussettes citées ci-dessous sont des modèles que j'ai vu et testé lors de présentations presse. Par conséquent, je ne l'ai eu en main que très brièvement, voici mon ressenti sur ces modèles. N'hésitez pas à compléter ces avis surtout.

  • Stokke Scoot
Enceinte du Môme, je bavais devant les poussettes X-plory, mais habitant 40 m2 au 3ème étage sans ascenseur, j'y avais très vite renoncé (le prix avait aussi beaucoup aidé). Stokke a une nouveauté qui peut intéresser les mamans urbaines : la Scoot. Cette poussette est étroite (je ne sais pas si elle passe les tourniquets mais à vue de nez c'est possible), légère mais surtout elle conserve ce qui est le point fort de cette marque : une assise élevée. 



Sinon avec ce froid polaire, ce qui me fait rêver en ce moment chez Stokke, ce sont leur kit hiver, mes mains en rêve, et les vôtres ?


  • Des poussettes pour faire du sport !

J'ai été invité à tester une poussette en faisant du sport : la Mini de Mountain Buggy ! Je dois avouer qu'un cours de gym poussette est un excellent moyen de connaître ce que ce genre d'engin à dans le ventre. Mes cuisses, mes mollets, mes bras et des muscles dont j'ignore le nom où trouvaient ça un poil violent mais je peux affirmer que dans cette poussette : 
Malgré mes foulées toniques, régulières et élégantes, Little Marmot était tout sourire, détendu... en résumé les amortisseurs, les roues et les assises lui ont procuré un bon confort.
Le guidon se règle ce qui permet de tricher un peu. 
Les attaches sont très sécurisées pour courir à toute vitesse sans danger pour bébé.
La poussette est très stable suffisamment pour que ma jambe posée délicatement sur le guidon elle ne bascule pas (imaginez le nombre de sac de shopping que vous pouvez y accroché alors...)
Elle se plie très facilement et de manière très compacte, une fois la séance de torture finie !


Cette poussette n'est, bien entendu pas réservée à la pratique du sport. Plus encombrante qu'une canne classique, c'est un bon compromis si vous avez besoin d'un modèle qui fasse à la fois ville et campagne.


Parmi les poussettes sportives, on peut aussi citer les Britax Romer qui ont même des modèles qui semblent idéales pour participer aux Jeux Olympiques. 


Parce qu'avec un berceau de ce style, je pourrais enfin laisser sortir la Lady Di qui sommeille en moi. Je m'imagine avec, remonter l'avenue Montaigne... je suis sûre que si Little Marmot avait eu ce berceau, il aurait été un enfant modèle.... J'aurais eu un regard plein de bonté et l'air reposé en le regardant dormir dans ce landau. Et bien entendu, il aurait fallu le manteau Chanel et le sac Kelly assorti.... 
Et vous, ce modèle rétro, il vous plaît ?






  • Oraison funèbre 
 Ma toute première poussette, ma chère Techno XLR, celle que j'ai portée si souvent dans les escaliers du métro, celle qui passait les tourniquets, celle dont je louais sans cesse le confort, la taille, la ligne.... s'en est allée. C'est avec elle que j'ai visité la plupart des lieux racontés ensuite ici. Malheureusement elle a rendu l'âme cet hiver, ou plutôt l'un de ses boulons... dorénavant lorsqu'on la poussait elle se refermait ce que Little Marmot n'a pas vraiment trouvé à son goût. Mais au royaume des poussettes, on n'accorde que peu de temps à la nostalgie et très vite mes deux enfants ont dit : "la poussette est morte, Vive la poussette"...


Et sinon de votre côté, les dernières trouvailles "poussettes", ça donne quoi ?





Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 15 janvier 2013

Le mardi, c'est Mon Paris Enceinte (#2)

 Cette semaine dans Mon Paris Enceinte, je vous propose de découvrir le soin Mum-to-be du Spa du Mandarin Oriental dans le 1er arrondissement. Véritable écrin dédié au bien-être et à la beauté, il permet aux gros bidons un moment privilégié, où luxe suprême, il est possible de s'allonger sur le ventre !

Bonne lecture et n'oubliez pas que c'est aussi les dernières heures pour tenter de gagner un bon d'achat de 30 euros.

Belle journée et à demain les poussettes
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 14 janvier 2013

Bonne pioche avec le musée de poche !

Le musée de poche est apparu très récemment dans le paysage des lieux pour enfants à Paris. L'idée elle-même vaut tous les applaudissements, il s'agit de mettre l'art à la portée des enfants, le dépoussiérer, en faire quelque chose d'amusant est un très beau projet. Pauline à la tête de cette initiative partage sa passion pour les arts plastiques avec les plus jeunes en choisissant des expositions très attractives dès le plus jeune âge. L'exposition du moment : Promenade au musée par Mayumi Otero, une dessinatrice hispano-japonaise. Ses dessins relatent un conte silencieux où le musée et ses tableaux sont des personnages de premier plan. Excellent choix pour montrer aux petits que l'art n'est pas aussi ennuyeux que ça, non ?





BB-Good :
Le lieu est fait pour les enfants, divisés en plusieurs espaces, ce petit musée propose un espace bibliothèque (les livres sont à vendre) où les petits peuvent piocher, une cabine de déguisement pour se déguiser en artiste et poser à côté d'une toile, des tiroirs à ouvrir...
L'exposition du moment : Promenade au musée s'inspire d'une jolie histoire dans laquelle les visiteurs d'un musée rentrent à l'intérieur des tableaux, ainsi un petit garçon, que le Môme a prénommé Maxime, rencontre ainsi un tigre et se balade dans l'univers du Douanier Rousseau ou de Van Dyck.
En parallèle à l'exposition temporaire, de nombreux ateliers sont organisés pour les enfants à partir de 6 mois. Pour les plus petits, ce sont essentiellement de contes. Pour les plus grands, il s'agit d'ateliers d'éveil artistique. Au début, Pauline explique l'exposition en cours, de façon très didactique elle invite les enfants à regarder ce qui les entoure et montre aussi quelques tableaux sur un ipad (inutile de vous préciser à quel point Le Môme a adoré) c'est parti pour l'atelier peinture à la manière du Douanier Rousseau. A partir de pochoirs, tampons et peintures de toutes les couleurs, Le Môme a réalisé sa version de la jungle qu'il a été très fier d'accrocher sur les murs de sa chambre.



BB-Bad :
Le lieu n'a ouvert que très récemment, il n'a donc pas eu le temps de s'équiper en matériel pour bébé. Espérons que le lieu marchera et que cela permettra de faire les investissements nécessaires.


Maman-Good : 
Le lieu est bien pensé et très agréable. On se sent bien entre ces murs dédiés aux arts plastiques. J'ai craqué sur de nombreux ouvrages proposés à la vente et mon choix s'est porté sur ceux des éditions Palettes en carton, petit cadeau pour mon Little Marmot. Les plus inspirés peuvent aussi laisser leurs signatures sur un panneau à l'entrée.
L'exposition temporaire Promenade au musée m'a enchantée, je l'ai trouvé très poétique et amusante. Les dessins inspirés de l'imagerie populaire sont très réussis.
Les poussettes doivent se faire petites mais sont bien accueillies.
L'entrée du lieu est gratuite et le prix des ateliers est plus que correct (10 euros).




Maman-Bad :
Comme le lieu est plutôt petit, si vous venez de loin, je vous conseille de vous inscrire à un atelier car la visite sinon reste d'être vite faite.



Alors les poussettes, pour un premier rendez-vous de vos petits avec l'art, roulez jusqu'au Musée de poche, 2, rue Auguste Barbier dans le 11ème arrondissement, un endroit très sympathique, vos enfants pourront voir et réaliser leur premier chef-d'oeuvre !
Et parce que chez Le Môme, l'art "ça creuse", vous pouvez pousser la porte de la caravane en face. Ni chaise haute, ni espace de change, ni même de menu enfant, mais l'accueil est excellent et le plat du jour à moins de 10 euros était très bon !


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 11 janvier 2013

Bienvenue au Club ! Episode 1 : Les enfants rois

Juste avant Noël, nous avons tenté une expérience unique : partir au soleil au mois de Décembre. Il faut avouer que sur ce coup, de bonnes fées nommées Club Med se sont penchées sur ce blog et nous ont invité en famille, en Egypte près de Taba en mer rouge à Sinai Bay.


Température extérieure entre 25 et 30°, du soleil, du soleil, du soleil... tiens un nuage... Une eau à 24 et des chaises longues confortables.

Je vous raconterais ce séjour en plusieurs billets, voici aujourd'hui le 1er épisode : Les enfants rois 



En effet, c'est un lieu, où les enfants sont rois ! J'avais déjà entendu cette phrase au sujet de plusieurs endroits mais c'est là bas que cette expression a pris tout son sens, voyez plutôt !

Leur palais :
Louis XIV avait Versailles, Le Môme et Little Marmot avaient la chambre 201. Très spacieuse, elle avait l'avantage de communiquer directement avec la 202 que nous occupions, ainsi pour tout : verre d'eau, doudou à terre, cauchemar, doudou perdu (l'inconvénient du lit king size), pipi... nous pouvions facilement intervenir.

Sweet dreams


Little Marmot a souvent séjourné aussi en 202 à cause de sa notion très personnelle du concept "dormir toute la nuit tout seul" mais passons... et j'avoue qu'en Egypte c'était moins dure de se lever la nuit !
Ce palais était équipé de tout le nécessaire pour leur confort quotidien : espace de change et réhausseur de toilette pour leurs derrières royaux, chauffe-biberon pour les encas du soir, mais aussi baignoire bébé et lit parapluie... Ce protocole s'appelle Baby Welcome (compris dans le prix de base).



Les banquets (all inclusive dans le prix de base) :
Little Marmot est un roi avec un régime alimentaire très strict : "only milk". Ce choix a été entièrement respecté et l'espace biberonnerie nous a facilité la tâche (accès libre pour nettoyer, chauffer les biberons mais aussi petits pots et biscuits en libre accès). Les horaires du babyclub ne sont pas un frein à l'allaitement car dans ce cas il est possible d'aller récupérer les bébés quand on veut.

La biberonnerie


Lorsqu'il nous accompagnait à table, il y avait toujours de la place pour sa poussette ou une chaise haute lui était avancée, ainsi selon son humeur il pouvait choisir. Les serveurs étaient toujours très attentionnés à son égard et le gâtaient en lui amenant ses pierres précieuses préférées : des serviettes en papier.
Le Môme a profité des buffets du restaurant principal. Chaque jour, les cuisiniers proposaient les mets les plus somptueux. Il a ainsi pu découvrir les meringues qui ont conclu bon nombre de ses repas, il a également fait une cure de nuggets de poulet et de poissons variés. Il a juste regretté l'absence de réhausseur pour être un peu mieux installé, plus question à son âge d'être dans une chaise haute !

Crêpes Party


Leur espace VIP : appelé aussi Baby (0-2 ans) et Petit (2-4 ans) Club (en supplément du prix de base)
Le premier pour Little Marmot et le second pour Le Môme. Dans ce lieu, des salles joliment décorées avec des jouets à gogo, une piscine réservée, un restaurant avec une nourriture plus simple mais adorée des enfants (nuggets, poisson vapeur, frites, haricots verts...), un jardin avec cabanes,  mais aussi un dortoir pour que ces majestés puissent se reposer. De nombreuses activités manuelles ou des jeux sont proposés et c'est ainsi que Little Marmot a réalisé sa première carte à notre attention (moment émotion).


Nous avons été plusieurs fois invités à partager un moment avec eux dans cet espace grâce à des crêpes party ou d'autres événements. La piscine est accessible même par les enfants non inscrits aux clubs accompagnés de leurs parents, il y a même un maître-nageur à certains horaires.
Attention lors des périodes de fortes affluences, il est préférable de réserver les places aux clubs (Petit et  baby) avant le départ. Il est possible d'essayer sur place de ne mettre les enfants que quelques demi-journées sous réserve de places disponibles.



Leur garde rapprochée : 
Les GO sont entièrement dévoués à ces petits rois.
Un exemple : Le Môme a désiré faire un petit somme avant le dîner s'endormant dans les bras du Pater, moins de deux minutes plus tard une poussette était avancée...
L'équipe dédiée au baby et petit club a été particulièrement attentive et nos deux petits rois ont été choyés.


Leurs activités privilégiées :
En plus des activités dans leurs différents clubs privés, les petits se sont aussi beaucoup amusés dans d'autres espaces du village.
Little Marmot a découvert le sable fin sous ses doigts, a joué au tennis, s'est éclaté à faire des roulés boulets sur les banquettes où d'ordinaire les grands boivent leur café, fait la sieste à la piscine, au restaurant, à la plage, conduit sa première voiture...


Le Môme a joué au golf, pris une leçon de fitness, admiré un charmeur de serpent, croisé Nemo, assisté à un spectacle burlesque et des numéros de cirque, monté sur un dromadaire, bu des litres de jus de pomme à la paille en dansant des crazy signs !



Les flatteries :
Tout monarque a ses courtisans. Mes deux loulous ont eu droit aux leurs, tout contents de recevoir de jolis compliments. Surtout Little Marmot qui souriait en en redemandant encore et encore !
Le Môme avait ses relations au bar où debout sur un petit promontoire, il allait régulièrement se commander son petit jus de pomme accompagné de quelques chips ! Les médailles distribuées au petit club la veille du départ ont participé à leur fierté tout comme le joli diplôme aujourd'hui affiché dans la chambre.


Les vacances furent donc excellentes pour ces deux petits roitelets mais grâce à la magie du Club Med, je vous raconte la semaine prochaine comment parallèlement à tout ça Le Pater Familias et moi-même avons vécu en princes.

Fin du 1er épisode






Un grand merci aux 5 mousquetaires : Louise, Camilla, Marine, Moustafa, Lili et une mention spéciale à Jérémy pour la leçon de golf.
Rendez-vous sur Hellocoton !

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails