mardi 20 mai 2014

A contre-temps

Depuis quelques mois, nous vivons à contretemps. Le Pater Familias travaille les week-end. Tout notre rythme familiale a été déréglé. Il est en week-end le mardi et le mercredi et lorsque je ne travaille pas ces derniers ont des airs de dimanche.

Les jours de la semaine ne veulent plus dire grand chose. Il n'y a plus vraiment de jour de courses ou de sorties. Les dîners ont lieu le mardi et le poulet du marché le mercredi. 
Il y a ces semaines où l'on se croise seulement et où on se raconte les moments avec les enfants comme si on vivait à plusieurs kilomètres l'un de l'autre. 

Les samedi et dimanche sont mon marathon de maman solo. J'accompagne les petits à leurs activités, j'organise des sorties. Difficile de lâcher la montre et de lâcher prise. Pourtant j'essaie de nous obliger à ralentir le rythme et à prendre du bon temps. C'est compliqué quand l'un des membres de la famille se doit d'être à la fois couche tard et lève tôt et que le rythme des trois autres est ralenti. C'est toujours ardu les contretemps.

Dans les sorties à trois, la différence d'âge nous limite parfois, Little Marmot ne peut pas encore voir beaucoup de spectacles ou assister à des ateliers. Je fais parfois appel aux bonnes âmes, baby-sitters bénévoles qui le gardent quelques heures pour un petit tête-à-tête avec mon aîné. Les nombreux anniversaires où se rend ce dernier permet aussi des moments privilégiés avec le cadet. 

Les week-end en solo signifient également zéro temps juste pour moi et c'est ce qui est un peu frustrant. 
Parfois j'aurais juste besoin d'une heure ou deux pour decompresser, aller courir, prendre rendez-vous chez le coiffeur... mais tant pis, ce sera pour plus tard. J'essaie de caler tout ça dans des semaines déjà surchargées. Nous n'avons aucune famille dans notre coin ce qui ne facilite pas l'organisation. 

Cette vie à contretemps est particulière. Je ne crois pas que je l'aime vraiment, j'ai plus l'impression de la subir. Elle est tellement loin de image d'Epinal de la famille Ricoré. Ils sont rares les petits déj en famille.
Pourtant après quelques mois, je pense pouvoir affirmer que je ne m'en sors pas si mal. On parvient à passer de bons week-end tous les 3. 
 

J'ai appris à être moins exigeante dans nos sorties, à essayer de les optimiser. J'essaie par exemple de ne pas prendre trop le métro parce que seule avec un bébé, une poussette et un jeune enfant, c'est tout de même vraiment la galère ! On profite davantage de la maison, de leurs jouets. Je fréquente les lieux qui les accueillent tous les deux comme les musées et notamment le musée en herbe.

Les enfants aussi ont appris à être plus patients, enfin ils essaient.... Je n'ai que deux bras. J'essaie de ne pas trop crier de rester calme, de ne pas être agacée par trois broutilles, d'oublier le bazar de la maison pour réussir à me poser avec eux.

Mais surtout nous avons tous appris que les heures passées à quatre sont de l'or. J'ai toujours été partisane du qualitatif et non du quantitatif. Dans notre cas, on est obligé d'opter cette philosophie à 200%. Les week-end où l'on est tous les 4, on se refuse à faire quoi que ce soit de déplaisant, ce sont des heures qu'il nous est interdit de gâcher. 

Ce changement n'a pour le moment pas vraiment de date limite, alors je préfére le gérer au jour le jour. 

Les mamans solo riront de ces mots et elles auront raisons parce qu'au final je ne vis que 3 jours par semaine toute seule alors qu'elles doivent en gérer 7. Je me suis aussi rendue compte que cette situation était celle de nombreuses familles : les commerçants, ceux qui travaillent dans les loisirs, le divertissement, le médical... Nous essayons tous de laisser le travail à sa juste place, pour essayer de l'empêcher de ronger nos vies et pouvoir s'offrir de jolis moments en famille. Qu'importe s'ils ont lieu le dimanche ou le mardi, s'ils durent 4 ou 48 heures...

Ps : Photo d'en paysage gallois, ça n'a pas grand chose à voir, si ce n'est que c'est notre prochaine destination de vacances cet été, tous les 4.
Rendez-vous sur Hellocoton !

16 commentaires:

  1. Pas simple comme situation :-/ Côté enfants, ce n’est pas forcément si mal car j’imagine que ça leur permet d’être à la cool les jours où papa est là (et d’avoir éventuellement des journées de collectivité/nounou moins longues). Et finalement ils ont des parents dispo 4 jours/semaine même si pas en simultané… Côté vie de famille, ça doit être beaucoup plus frustrant (j’imagine que tu bosses le mercredi ?) ! Et puis, il faut quand même occuper les loustics 2 jours d’affilée ! Et effectivement quand on se retrouve dans ce genre de configuration, on entrevoit bien ce que c’est que la vie de parent solo et combien ça doit être difficile !
    Bon courage à toi.
    J’espère que ça ne durera pas trop longtemps…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En théorie je ne bosse pas le mercredi mais en réalité environ 1/2 voir 2/3...merci bcp

      Supprimer
  2. nous sommes tous pareils, dès que notre quotidien est chamboulé il faut se ré-adapter, mais c'est que nous sommes restés des enfants, c'est une bonne nouvelle non ?
    tu t'en sors très très bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil ! C'est vrai, j'aime pas le changement !

      Supprimer
  3. Ce sont les opportunités de la vie... Les choix pour toute la famille sont les plus durs à prendre après c'est une question d'organisation et de bon temps à partager. Et sur ce point tu gères vraiment très bien tu peux te féliciter 😊 je pense que tu as passé le plus dur, la période de test et d'adaptation. Maintenant profite de tous ces projets qui t'attendent vacaaaaances!

    RépondreSupprimer
  4. Compliqué comme situation... Nous n'avons pas non plus de famille à proximité, alors le coiffeur pour le moment j'ai fait une croix dessus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut choisir des coiffures qui ne demande pas trop d'entretien !

      Supprimer
  5. Je comprends bien ton billet car je me retrouve régulièrement maman solo pour 2, 3 ou 4 jours quand mon homme a des déplacements pro à l'étranger. D'ailleurs cette semaine il est 4 jours à Lisbonne. J'avoue que parfois je sature car comme toi, pas de famille à côté. Puis il y a de bons moments qui font tout oublier. Le paradoxe, c'est que mon homme me jalouse de vivre plein de moments avec les enfants que lui ne vit pas.
    Bon courage pour tes journées maman solo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je me dis que plus le temps va passer plus je serais à l'aise mais toi tu en a 3 !!

      Supprimer
  6. Je comprends très bien je suis maman solo d'une puce de 2ans et 2 mois et enceinte de 4 mois ( histoire compliquée) et heureusement pour moi j'ai un peu de famille autour pour m'aider surtout avec un début de grossesse difficile et épuisant. Le pays de Galles ça va être chouette comme vacances

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ma pauvre, cela doit être difficile, je te souhaite une belle grossesse !

      Supprimer
  7. Pour l'avoir fait quelques rares we, j'avoue que ça ne me plairait pas mais quand on doit, on s'arrange toujours pour le rendre le plus agréable possible... Bravo à toi en tous cas, ce n'est pas simple !

    RépondreSupprimer
  8. Merci, c'est vrai qu'on essaie qu'on essaie surtt de passer des bons w-e !

    RépondreSupprimer

D'accord ? Pas d'accord ? A vous de jouer !

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails